Les Principes Cruciaux Pour Pratiquer Les Pompes Parfaits

Les pompes font partie des exercices les plus fondamentaux en matière de poids corporel et sont très populaires. Le mouvement est simple, peut être fait partout. Et c’est très efficace parce que vous utilisez beaucoup de muscles en même temps. Ça m’a l’air bien.

Le problème est que beaucoup de gens se concentrent sur la quantité plutôt que sur la qualité lorsqu’ils font des pompes. Pour éviter cela, vous devez vous concentrer sur ces quatre points pour que vos pompes soient parfaites.

1. La position du corps.

Un push-up n’est pas seulement un mouvement des triceps, de la poitrine et des épaules. La plupart des gens négligent les abdominaux, les hanches et les jambes. Souvent, ils forment un dos voûté et manquent de tension corporelle. Pour éviter cela, inclinez votre bassin en arrière et maintenez vos fesses serrées. Le mouvement devient beaucoup plus difficile avec cela. Mais c’est aussi plus efficace.

2. Le deuxième point est la position du bras.

La position du bras n’a pas vraiment d’importance en termes d’exécution parfaite. Un push-up parfait peut être fait avec une poignée large ou étroite. Mais il est important de placer votre poignet dans une ligne presque verticale sous votre épaule lorsque vous effectuez le soulèvement standard.

Il y a encore des exceptions pour cette règle. Par exemple, lorsque vous effectuez des pompes de pseudo-planche qui mettent davantage l’accent sur votre épaule, ou lorsque vous effectuez des pompes de sphinx, qui sont un mouvement à dominante triceps. Si vous travaillez avec des pompes standard et que vous choisissez une prise plus large, cela implique davantage la poitrine qu’une prise proche. Et des poignées serrées mettent davantage l’accent sur vos triceps.

La seule chose que vous devriez éviter complètement sont les coudes évasés. Parce que votre épaule subit beaucoup de stress, ce qui peut entraîner des blessures. Plus vous placez vos bras près du corps, plus vos coudes sont dirigés vers l’arrière. Plus vous placez vos bras, plus vos coudes s’éloignent de votre corps. Mais ils pointent toujours plus vers l’arrière que vers le côté.

3. Le troisième point est l’amplitude de mouvement.

C’est assez simple. Juste ne triche pas. Allez tout en haut et tout en bas. Et laisse ton corps droit. Ne diminuez pas l’amplitude des mouvements en baissant la tête ou les hanches.

4. Le dernier point est le mouvement de l’omoplate.

C’est un point très négligé. Lorsque vous descendez, vos omoplates se rejoignent. Et quand vous montez, ils se séparent. Vous devriez également vous concentrer sur les pousser vers le bas plutôt que vers le haut. Mais n’oubliez pas cette différence qui existe encore entre les mouvements passif et actif des omoplates.

Si vous êtes trop faible à la ceinture scapulaire, vos omoplates se rejoignent. Parce que tu ne peux pas tenir ton corps contre la gravité. Vous pouvez le voir surtout au sommet du mouvement. Lorsque vous descendez, concentrez-vous toujours sur la tension et le mouvement actif des omoplates. Ne vous laissez pas tomber dans vos structures. Si vous considérez tous ces points et essayez par vous-même, vous remarquerez que c’est beaucoup plus difficile à faire. Peut-être que votre nombre de répétitions maximum va baisser. Mais ça n’a pas d’importance. Concentrez-vous toujours sur la qualité plutôt que sur la quantité. Et vous serez récompensé par des progrès et un corps en bonne santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + dix-sept =

La Santé Bio 2019

Pin It on Pinterest